03/06/2010

Page 3

d’enthousiasme suscité. Hormis celui de Fred bien sûr. Lui avait été enthousiaste, ça en avait même été un peu gênant au début. Il s’était comporté comme un groupie de groupe de rock, et lui avait demandé son tout premier, et aussi dernier autographe de sa vie de conférencier.

Stéphane avait été étonné, et même un peu méfiant envers ce type qui s’était précipité vers lui en lui tendant un morceau de papier sur lequel il avait griffonné l’adresse url de sa page Internet et son adresse mail. L’homme avait fait des efforts visibles pour être présentable sans vraiment y parvenir, il avait enfilé ce qui devait être son plus beau costume sans réussir à obtenir l’effet de sérieux que celui-ci aurait dû lui conférer.

En gros, Fred aurait pu faire tous les efforts du monde, même avec un costume hors de prix, il ne serait pas parvenu à obtenir l’air sérieux qu’il recherchait ; une mauvaise coupe de cheveux, trop longs, un visage très juvénile qui donnait l’impression qu’il avait dix ans de moins que ses vingt-huit ans et surtout une incapacité presque totale à maîtriser ses émotions. Fred était expansif, autant dans son enthousiasme que dans ses déceptions, la moindre émotion apparaissait sur son visage et le premier effet qu’il imprimait à l’esprit des personnes qu’il rencontrait était qu’ils avaient en face d’eux un grand illuminé, classe mondiale, champion du monde.

Stéphane avait appris à connaître Fred par la suite et s’était rendu compte qu’il était certes expansif, mais qu’il était tout sauf un illuminé. Fred n’avait pas fait d’études, il ne possédait même pas son bac, il avait stoppé ses études pendant l’année ou il aurait dû l’obtenir et avait trouvé un boulot de vendeur dans un grand magasin de matériel électronique à dix-huit ans et dix ans plus tard il occupait toujours le même poste. Fred n’avait aucune ambition professionnelle. Il passait donc ses

09:02 Écrit par Sandy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2010

Page 2

dans la couche d’ozone à l’époque, et ce réchauffement climatique était tombé à point nommé avec les deux étés de canicule que le monde avait connu ces années là. On remplissait les pages des journaux avec ce nouvel enjeu climatique qui réunissait tous les ingrédients nécessaires pour vendre du papier. Il va faire de plus en plus chaud, les glaciers et la banquise vont fondre, le niveau des eaux va monter, il va y avoir des morts, des espèces animales et végétales vont disparaître, et les plus éminents scientifiques confirmaient. Du pain béni pour les médias.

Il commençait aussi à se demander pendant combien de temps la terre devrait se refroidir avant qu’on arrête de dire qu’elle se réchauffait ? Son ami Fred, bloggueur passionné, autodidacte, qui avait créé un blog sur le sujet avait un jour publié un billet assez virulent ou il comparait la population à des moutons et il les imaginait facilement d’ici une dizaine d’années se promener l’été avec écharpes et bonnets essayant de ne pas glisser sur le verglas du mois d’août en continuant de discuter du réchauffement climatique et de ses effets.

" Elle se réchauffe. Les scientifiques le disent, je l’ai encore entendu hier à la télévision " les imaginait t’ils se dire dans un avenir pas si éloigné ou pourquoi pas il ne serait plus possible de couper les radiateurs même l’été ? Il exagérait bien sûr.

Fred aussi avait l’habitude de passer pour un crétin, le plus souvent par l’intermédiaire de commentaires, pas toujours anonymes, mais souvent menaçants sur la page web qu’il tenait à jour avec une régularité et une ténacité déconcertante.

Ils s’étaient rencontré à la fin d’une conférence que lui, Stéphane avait donné quelques années plus tôt. Elles avaient été au nombre de trois, avaient été des échecs relatifs, pas beaucoup de monde dans les " gradins " et peu

10:22 Écrit par Sandy dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/05/2010

Page 1

CHAPITRE I

 

VINGT QUATRE JUIN 2013.

 

Voilà, c’était joué d’avance, ils avaient encore réussi à le faire passer pour le dernier des imbéciles.

Il fallait bien avouer que le climat de ces dernières semaines n’avait pas joué en sa faveur, pas de pluies depuis vingt jours, et depuis à peu près autant de temps des températures frôlant les trente degrés sur presque tout le territoire de l’Europe Occidentale, les médias n’allaient plus tarder à parler de " canicule ". Tout ça n’avait pas été pour favoriser l’acceptation de ses théories.

Parler de " refroidissement climatique " pendant que les touristes déambulaient dans les rues de Paris en bermuda et t-shirt avait quelque chose d’incongru. Les plus polis d’entre eux ne l’avaient tout simplement même pas écouté et la frange la plus extrême de l’auditoire ne s’était pas gêné pour le traiter de con alarmiste le plus poliment possible. Il commençait même à se demander si ce n’était pas " eux " qui avaient raison.

Eux. Les " intégristes du réchauffement climatique " comme il aimait les appeler quand il se parlait à lui-même. Mais il les comprenait. Ca faisait maintenant une bonne quinzaine d’années que ces gens là avaient émis l’hypothèse d’un réchauffement climatique généralisé, les médias avaient suivi le mouvement, ils commençaient à se lasser de parler du trou

09:54 Écrit par Sandy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |