09/06/2010

Page 9

périodes se sont produites à une époque beaucoup plus récente.

Les anales Irlandaises mais aussi les rapports du Byzantin césar de procopée nous permettent de savoir que d’importants changements climatiques ont eu lieu dans les années 530.

Les conséquences de cette période de froid y sont très largement décrites, récoltes désastreuses, famines, nombreux morts par le froid, soleil sans éclat signe de mauvaise augure.

Les carottages dans les glaces de l’époque permettent en partie de confirmer la chose, voire même de l’expliquer par la présence dans ces glaces de gisements de sulfate ayant pu être émise par l’éruption d’un volcan, l’émission d’un voile de poussière qui aurait voilé le soleil pendant quelques années.

L’analyse des troncs par les dendrochronologistes confirme une croissance anormale des chênes pendant cette période.

Voilà pour l’exemple d’un refroidissement de courte durée avec une cause passagère.

L’histoire et les paleoclimatologues nous apprennent que la modification climatique suivante à été un réchauffement qui s’est étendu de l’an 800 à l’an 1250.

Cette période à été appelée " l’optimum climatique médiéval " ou plus simplement le réchauffement de l’an mille.

Les Vikings auraient profité de cette période et des mers libres de glaces qu’elle engendrait pour coloniser le Groenland, l’extension de la culture de la vigne jusqu’au sud de la Grande Bretagne date aussi de cette époque de grandes chaleurs.

Ce réchauffement est aussi confirmé par les carottages de glace, mais un point important est à souligner, les sondages montrent une extension des zones de glace dans l’antarctique pendant cette période chaude. Il pourrait être déduit qu’une période chaude n’entraîne pas nécessairement un retrait des

09:00 Écrit par Sandy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.